Protéger le cocktail d’hormones qui facilite l’accouchement

Selon Michel Odent, médecin renommé pour ses recherches sur l’accouchement, les plus récentes données scientifiques mettent en lumière qu’une femme qui accouche a besoin de se sentir en sécurité, de ne pas se sentir observée, dans un environnement chaud, sans lumière et silencieux (Odent, 2014). Plusieurs auteurs scientifiques parlent aussi de l’importance du calme, d’une intimité respectée, de dérangements réduits au minimum et du contrôle de la lumière et de la température de la chambre par la mère (Lemay, 2017). Ces conditions facilitent l’accouchement car elles protègent les phénomènes naturels qui ont lieu dans le corps d’une femme qui accouche, notamment le cocktail d’hormones complexe qui permet que l’accouchement se déroule le mieux possible (avec des contractions efficaces, une ouverture du col, un relâchement du bassin, sans oublier de permettre au placenta de naître et à l’utérus de refermer ses vaisseaux sanguins). Ces phénomènes naturels complexes mettent tout en place pour que la santé de la mère et du bébé soient optimales.

Comment protéger cet équilibre fragile?

L’environnement sécuritaire, privé, chaud, sombre et calme a pour but de ne pas contaminer la mère qui accouche avec du stress. Lorsqu’une personne qui accouche est stressée, son corps relâche des hormones de stress qui viennent inhiber les bonnes hormones dont elle a besoin pour accoucher. Par exemple, lorsque la femme a peur, qu’on lui parle continuellement, rapidement et fort, qu’elle voit plusieurs personnes qu’elle ne connait pas autour d’elle, qu’elle a froid, qu’elle est à la lumière, qu’elle entend des bips provenant de l’équipement médical, on peut dire que cela est une source de stress et vient déséquilibrer le cocktail d’hormones qui permet de faciliter le travail.

Plusieurs choix en ce sens peuvent être faits par les parents et communiqués à l’équipe des professionnels de la santé qui les accompagne lors de l’accouchement.

Pour plus d’information sur le cocktail d’hormones et l’influence de l’environnement, consultez les pages 3 à 5 du guide sur l’accouchement du Portail d’information périnatale de l’Institut national de santé publique du Québec.

Références

Buckley, Sarah J. (2009). Gentle birth, gentle mothering: a doctor’s guide to natural childbirth and gentle early parenting choices. Celestial Arts Berkely. New York. 5.

Lemay, C. (2017). La mise au monde: Revisiter les savoirs. Les presses de l’Université de Montréal.

Odent, M. (2001). New reasons and new ways to study birth physiology. International Journal of Gynecology & Obstetrics, 75, S39-S45. Elsevier.

Odent, M. (2014). Childbirth and the evolution of Homo Sapiens. Pinter and Martin.

Photo by Joey Thompson on Unsplash